Optimiser sa plantation des pommes de terre dans son jardin

147

Les pommes de terre sont des tubercules comestibles qui figurent parmi plus faciles à cultiver. Très économiques, elles se consomment sous plusieurs formes : rissolée, frites, sautée, etc. Leur durée de conservation et leur bon rendement font d’elles des alliées idéales pour débuter en jardinage. Voici des conseils pour optimiser votre plantation des pommes de terre.

Choisir une variété de qualité

Pour accroître votre rendement, vous devez au préalable choisir la bonne variété de la plante. En effet, il existe plusieurs variétés de pommes de terre sur le marché. Chaque variété se plante à une période bien définie.

Ainsi, les pommes de terre qui appartiennent à la variété tardive (Bleu d’Artois, Ratte, Juliette…) se plantent généralement entre fin mars et mi-avril. Quant à celles de la variété précoce (Sirtema, Amndine, Apolo), elles se plantent entre fin mars et début mai au plus tard.

Lors du choix de cette dernière, vous devez aussi tenir compte du goût. Les pommes de terre de la variété à chair ferme sont très agréables pour les salades. De plus, celles de la variété à chair tendre s’utilisent beaucoup plus pour la purée ou le gratin. Aussi, les pommes de terre appartenant à la variété à chair farineuse sont très bonnes pour les soupes.

Aussi, n’oubliez pas les pommes de terre aux variétés anciennes. Elles sont très idéales pour la préparation des chips et des rissolées.

Faire une bonne conservation des pommes de terre avant la plantation

Après la réception de votre filet de pommes de terre, il se peut que vous ne soyez pas prêt pour les planter directement. Dans ce cas, vous devez bien les conserver pour qu’elles ne perdent pas leur qualité. Pour ce faire, après avoir ouvert le filet, étalez-les sur du papier journal. Ensuite, placez le tout dans un endroit sombre et humide. La température de l’endroit doit être comprise entre 4 et 5 °C idéalement.

Ainsi, elles pourront facilement y germer sans se décomposer. Elles peuvent se conserver là-bas dans de bonnes conditions jusqu’à 2 mois.

Bien travailler le sol de votre jardin avant la plantation

Pour optimiser votre plantation des pommes de terre, vous devez choisir un sol favorable. La plantation doit se faire dans un sol léger et très riche en éléments nutritifs. En plus, ce dernier doit aussi être assez profond.

De plus, pour mieux le préparer, vous devez compléter la fumure que vous aviez déjà mise en place pendant l’hiver. Pour cela, pensez à y ajouter un engrais fertilisant. Vous trouverez sur le marché de bons engrais qui pourront faire l’affaire. Ces derniers contiennent tous les éléments nécessaires pour la plantation.

Enfin, il vous est possible maintenant de travailler le sol. Vous devez le faire de manière consciencieuse. De plus, vous devez l’ameublir en profondeur. Ensuite, vous enlèverez tous les cailloux et toutes les grosses mottes qui pourraient s’y trouver. Ces obstacles, si vous ne les enlevez pas, pourront empêcher le développement des plants. Ces derniers, pour bien pousser, ont besoin d’un endroit bien aéré. Un aménagement optimisé du jardin contribuera alors à la réussite de la plantation.

Quelques maladies ou ravageurs de pomme terre à connaître

Il existe des maladies qui, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent diminuer votre rendement. Pendant les périodes humides, il est recommandé de traiter à titre préventif, les plants. Pour cela, vous allez utiliser du fongicide cuprique.

De plus, si vous constatez que l’un des pieds présente les signes du mildiou, arrachez-le immédiatement. Cela pourra restreindre de manière considérable la progression de la maladie. Aussi, si les doryphores attaquent les plants, enlevez à la main tous les pieds atteints si leur nombre n’est pas trop élevé. Dans le cas où il y aurait une infestation, utilisez du Novodor pour détruire les larves. Cela coupera la chaîne de contamination.

Par ailleurs, pour empêcher le développement des différentes maladies, il est recommandé de varier les sols. Ainsi, vous ne devez pas cultiver vos pommes de terre au même endroit sur deux années consécutives. De plus, ne les plantez pas sur un sol où vous avez déjà cultivé des aubergines ou des tomates.

En revanche, il n’y a pas de mal à les cultiver à côté des oignons ou des haricots. Par contre, ne les associez pas avec des courges ou des concombres. Ces derniers peuvent les empêcher de bien pousser.