Qu’est-ce qu’une ventilation primaire ?

85
Qu’est-ce qu’une ventilation primaire

Depuis des années, la loi exige que toutes les habitations, collectives ou individuelles, soient reliées à un système d’assainissement. Lorsque les eaux usées arrivent dans le réseau collectif, elles sont épurées puis renvoyées dans la nature. Nous attirerons votre attention sur les eaux usées.

Sachez que ces eaux se divisent en 2 groupes distincts. Dans cette optique, chaque eau possède son système d’évacuation qui lui est propre. Dans cet article, nous nous concentrerons sur la ventilation primaire. Souhaitez-vous connaitre ce que c’est ? Restez avec nous et nous vous dirons tout ce qu’il y a à savoir sur cette ventilation.

Eaux usées : eaux-vannes ou eaux ménagères ?

Avant de vous parler des ventilations primaires, il faut connaitre l’eau qui sort de ces dernières. À cet effet, il y a deux sortes d’eaux usées à savoir les eaux-vannes et les eaux ménagères. Les eaux ménagères viennent essentiellement des cuisines, des salles de bains et des appareils électroménagers tels les lave-vaisselles et les machines à laver.

Si vous observez bien cette eau, elle présente une couleur opaque et une texture légèrement graisseuse, d’où son appellation « eaux grises ». En ce qui concerne les eaux-vannes, elles proviennent des WC. Appelées eaux noires, elles peuvent transmettre des maladies tout comme les eaux grises.

Les systèmes d’évacuation d’eaux usées

On distingue deux sortes de systèmes d’évacuation, notamment le système collectif et individuel. Le premier mode consiste à collecter les eaux usées des immeubles ou d’une commune et les renvoyer vers une fosse tout-à-l’égout. Elles sont acheminées grâce à des tuyaux en PVC.

systèmes d’évacuation d’eaux usées

Dans la branche de l’assainissement collectif, on peut voir 2 sous-catégories. La première est le système unitaire. Ce type de système évacue tous les types d’eaux usées sans distinction. Bien que ce processus paraisse rapide, il présente tout de même quelques risques en regard de l’environnement.

En cas d’inondation ou de catastrophe naturelle, ce réseau peut saturer et déborder. Le second réseau est dit « séparatif ». Il est intéressant, car ce dernier se divise en 2 autres réseaux à savoir celui pour collecter les eaux pluviales et l’autre pour récolter les eaux ménagères.

Le système d’assainissement individuel est plutôt réservé aux maisons. D’ailleurs, ce système est une solution de dernier recours si vous êtes dans l’incapacité de raccorder vos appareils au système d’assainissement collectif. Vous pouvez alors les raccorder avec une fosse septique toutes eaux soit par une microstation d’épuration.

Prix d’un assainissement individuel

Le prix moyen pour un système d’assainissement individuel est de 6050 € avec une fourchette comprise entre 3500 et 12 000 € installation comprise. Si vous optez pour un assainissement par fosse toutes eaux, le prix oscille entre 3500 et 8000 €.

Si votre choix porte sur un assainissement par microstation d’épuration, le prix est estimé à 6500 et 12 000 €. Pour un assainissement à filtre compact, comptez entre 8000 et 11 000 €. Pour un assainissement à phytoépuration, il faut budgéter 7500 à 11 000 €.

En dehors du type de système, le nombre d’habitants influence grandement le tarif. Néanmoins, il convient de prendre en considération ces éléments suivants pour peaufiner le budget. À cet effet, voyez le réseau, les fournitures, le type de terrassement de votre sol ainsi que sa nature et la gestion des boues.

Il est vrai que le prix d’un assainissement individuel est lourd, mais il est possible de recevoir des aides financières pour votre projet. Chez Eco PTZ, vous pouvez effectuer un prêt bancaire. Vous bénéficierez d’un prêt avec 0 intérêt. Chez ANAH, vous pouvez obtenir une subvention pour une microstation d’épuration. Si votre résidence principale est âgée de plus de 2 ans, alors vous obtiendrez un taux de TVA de 10 %.

Définition d’une ventilation primaire

La ventilation primaire est un système d’évacuation des eaux usées. Comment fonctionne-t-elle ? Les eaux issues des appareils sanitaires tels que les douches, les éviers et les baignoires se dirigent vers un collecteur horizontal.

En ce qui concerne les eaux provenant des vannes de toilettes, ces dernières sont évacuées par une autre colonne de chute. Pour les toilettes, on parlera alors ici de la décompression d’un WC. Ce système permet d’éviter les mauvaises odeurs à cause des variations de pressions entre l’évacuation d’eaux et les odeurs qui s’échappent des vannes. En somme, cette ventilation doit être correctement installée suivant des normes.

une ventilation primaire

La chute double ou séparée

Ce type d’installation est obligatoire pour l’assainissement de tous les réseaux d’eaux collectives. Par ailleurs, l’installation à double chute ou « séparé » est plus que recommandée pour les résidences individuelles. Le diamètre de cette chute dépend entièrement des besoins de chaque individu.

Son principe de fonctionnement est relativement simple à comprendre. En fait, les eaux-vannes et les eaux ménagères sont évacuées en même temps, mais dans deux tubes d’évacuation différents.

Par rapport au diamètre des tubes, celui des eaux-vannes se situe entre 90 et 100 mm. Pour les eaux ménagères, le tube doit faire 50 à 80 mm. Autre information importante, chaque tube doit avoir une paroi lisse pour faciliter l’écoulement. Les eaux noires transitent vers un bac à graisse avant d’atterrir dans la fausse toutes eaux. Les eaux grises n’ont pas cette contrainte.

La double chute présente des avantages et inconvénients. Tout d’abord, ce système d’évacuation est très répandu. Ensuite, il y a une sorte de triage des tuyaux. Le seul inconvénient réside dans le fait qu’elle nécessite de gros travaux.

Une chute unique

La chute unique, comme son nom l’indique, est un système d’évacuation qui mélange l’ensemble des eaux usées pour les renvoyer dans les réseaux collectifs. Le tube de cette chute comporte des nervures hélicoïdales. Ces nervures ont un rôle important qui consiste à évacuer le liquide par rotation tout en créant une colonne d’air.

Ce phénomène s’apparente à un petit tourbillon d’eau. L’air qui entre en action lors de l’évacuation est très important, car cela vous évite des remontées d’odeurs infectes. Malgré cette configuration, la chute unique n’échappe pas à un désiphonnage.

Installation d’une chute séparée ou unique

En règle générale, ce type d’installation doit obéir à plusieurs lois en regard des normes sanitaires départementales comme le DTU 60.1, 60.11, 65.10. . Quand bien même il est tout à fait possible de mener seul, il convient de faire appel à un professionnel qui assurera une installation conforme aux exigences de la loi.

Afin de réaliser correctement l’installation, veillez à ce que le diamètre de raccordement coïncide avec le type d’appareil lors du branchement. De la partie supérieure, la chute est prolongée vers la toiture par un tuyau d’évent de même diamètre et surmontée d’un chapeau de ventilation pour aérer le plus que possible les tuyaux tout en facilitant l’écoulement.

Dans la partie basse, l’extrémité inférieure de la chute doit être pourvue d’une pente de 3 à 5 cm par mètre pour favoriser l’écoulement des eaux usées avant de transiter vers un tout-à-l’égout ou vers un réseau d’assainissement individuel.

installer une ventilation primaire

Comment installer une ventilation primaire ?

Avant toute chose, chaque maison doit avoir une ventilation principale. Si la configuration de celle-ci ne permet pas d’avoir cette ventilation, vous devez installer un clapet durgo. Installer une ventilation primaire ou une décompression pour vos toilettes est une opération facile. En revanche, suivez bien les étapes.

La première étape consiste à séparer les conduits du plant de toiture. Cette étape est cruciale, car elle vous permet de voir l’emplacement exact de votre futur système d’évacuation. Aménager une niche derrière le siège de WC.

Cette dernière vous servira de colonne montante. Afin d’éviter les odeurs insupportables, procédez à un raccordement entre la chasse d’eau et la colonne d’évacuation. De cette manière, la circulation d’air se fera sans discontinuité.

Alternative à la ventilation primaire

Comme susmentionné, les clapets durgo ou clapet anti-vide sont les alternatives aux ventilations primaires. Pour installer ces petits clapets, il faut les fixer sur le haut du tube d’évacuation de la chute.

Prenez soin de vérifier si son diamètre est conforme à celui du tube. Il est important de soulever ceci : le clapet doit se fixer sur la partie la plus haute de la chute afin qu’il n’y ait pas refoulement. Dans le cas où le clapet est pris dans une gaine, créez une ventilation sur une des parois extérieures pour permettre à l’air de circuler.

Où placer la ventilation primaire ?

Pour une ventilation optimale, vous devez la placer à une hauteur supérieure à celui des WC. Le kit de décompression doit être mis à proximité de la colonne montante.

Autre type de ventilation domestique

À part la ventilation primaire, la ventilation secondaire est tout aussi importante pour la maison. Cette dernière permet d’évacuer les reflux fermentés générés par la fosse. Elle se situe à l’extrémité de celle-ci.

En résumé, la ventilation primaire est un système d’évacuation primordiale pour une maison saine. Même si vous avez des connaissances en plomberie, il convient de faire appel à un expert pour étudier les lieux et réaliser les travaux conformes aux normes sanitaires.

Si votre maison ou votre immeuble ne permet pas l’installation de cette ventilation principale, vous pouvez toujours vous tourner vers le clapet durgo. Facile à manipuler, c’est une bonne alternative.